Congrès d’automne Conseil Suisse des Aînés: La solidarité ne doit pas être diluée

Une personne sur cinq ayant atteint l’âge de la retraite vit dans la pauvreté ou est menacée de pauvreté. Cela représente plus de 350 000 personnes en Suisse. En tant que « La Voix des Seniors », le Conseil Suisse des Aînés a discuté des raisons de cette situation difficile lors de son Congrès d’automne à Bienne et des possibilités d’amélioration.

 

Les Causes de situations de vie précaires

Selon le Professeur Carlo Knöpfel, professeur à la Haute Ecole de sciences appliquées du nord-ouest de la Suisse, les deux principales préoccupations du développement sont l’AVS et des coûts de la santé en constante augmentation. Environ 12,5% des retraités bénéficient des prestations complémentaires à l’AVS, principalement des femmes célibataires. Beaucoup se retiennent (trop longtemps) jusqu’à ce qu’ils demandent les PC. Ils ont peu de perspectives d’avenir, ce qui explique pourquoi leur espérance de vie est nettement inférieure à celle des personnes âgées aisées. L’orateur préconise diverses propositions de réforme pour améliorer de telles situations : adaptation de l’AVS, indemnités supplémentaires automatiquement imposées (par exemple, en raison de la complexité des déclarations d’impôts), exonération fiscale du minimum vital, subside et indemnisation pour les cas psychosociaux, indemnisation de proches aidants.

 

Point de vue et possibilités du Gouvernement fédéral

En tant que représentant de l’administration, Thomas Vollmer, de l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) ne peut faire aucune proposition de réforme. Le soutien financier le plus important du gouvernement fédéral sont les PC. Les Cantons fournissent une assistance supplémentaire si nécessaire. En outre, la Confédération soutient des mesures de formations, les consultations et les cours dispensés par des organisations privées. Ces mesures relèvent de la responsabilité des Cantons. Une étude l’OFAS est en cours pour étudier et définir les critères du seuil de pauvreté.

 

L’apport de la politique

Lors de la table ronde, les Conseillers nationaux Bea Heim (SP, Soleure) et Ruth Humbel (CVP, Argovie), ainsi que le Conseiller d’Etat bernois Pierre-Alain Schnegg ont apporté les perspectives de la politique. Ils ont admis que l’AVS devrait être augmenté, les primes de l’assurance maladie allégées, ainsi qu’un allégement fiscal doivent être mis en place pour les bas revenus. Une provision forfaitaire pour la prévoyance professionnelle ne devrait plus être possible.

 

Résolution du CSA  «Pour des pensions enfin décentes»

 

Bea Heim, co-présidente CSA, a présenté la résolution (voir pièce jointe).

Roland Grunder, Coprésident CSA