Prise de position

Les nouveaux dispositifs envisagĂ©s pourraient aggraver considĂ©rablement le ralentissement de cette indexation, voire mĂŞme la bloquer. Ils abaisseraient le pouvoir d’achat des retraitĂ©s de manière non nĂ©gligeable, surtout pour les retraitĂ©s ayant de petits budgets, en particulier ceux ne disposant que peu, ou pas , de rentes du 2ème pilier. Tous ces dispositifs Ă©loigneraient encore … mehr

Les nouveaux dispositifs envisagĂ©s pourraient aggraver considĂ©rablement le ralentissement de cette indexation, voire mĂŞme la bloquer. Ils abaisseraient le pouvoir d’achat des retraitĂ©s de manière non nĂ©gligeable, surtout pour les retraitĂ©s ayant de petits budgets, en particulier ceux ne disposant que peu, ou pas , de rentes du 2ème pilier. Tous ces dispositifs Ă©loigneraient encore plus les rentes AVS de leur fonction constitutionnelle qui est de ” couvrir les besoins vitaux de manière appropriĂ©e”, au lieu de les en rapprocher conformĂ©ment Ă  ce devoir constitutionnel. Ils pousseraient au contraire de plus en plus de retraitĂ©s dans la prĂ©carisation, avec un recours accru Ă  des Prestations ComplĂ©mentaires et de l’aide sociale dĂ©pendant de cantons et de communes en mal d’Ă©conomies pour leur financement.A court terme, le Fonds de compensation de l’AVS ne se porte pas si mal, surtout si on lui Ă©pargne les dĂ©ficits de l’AI. Contrairement Ă  la baisse de 7 milliards prĂ©vue par le Conseil fĂ©dĂ©ral entre 1998 et 2005, les comptes de 2005 montrent une hausse de 8 milliards ( donc un Ă©cart prĂ©visionnel de 15 milliards! ). Le CSA est prĂŞt Ă  contribuer Ă  la recherche de solutions pour le financement de l’AVS Ă  moyen et Ă  long terme.Le CSA demande donc le maintien du système actuel avec adaptation tous les deux ans des rentes Ă  l’indice mixte.

Franchise des cotisations pour les retraités actifs
Le CSA propose un compromis consistant Ă  ne pas la supprimer, mais Ă  l’abaisser de 16’800 frs Ă  6000 frs. Ce serait tenir compte des nombreux travaux d’aide et de service peu rĂ©munĂ©rĂ©s accomplis par beaucoup de retraitĂ©s.

Prestation de préretraite
Une telle prestation devrait avoir un caractère universel et relever de l’AVS. Et non de Prestations ComplĂ©mentaires accordĂ©es sur demande et sous conditions de besoin, dans une procĂ©dure compliquĂ©e administrativement, peu transparente pour les candidats, avec des normes diffĂ©rentes d’un canton Ă  l’autre, et qui pourrait conduire Ă  un mauvais rapport coĂ»ts/ prestations. De plus, nous dĂ©plorons le fait de les financer gâce Ă  l’Ă©lĂ©vation de l’âge de retraite ordinaire pour les femmes, et avons de sĂ©rieux doutes qu’elles puissent vraiment profiter aux personnes de la partie infĂ©rieure de la classe moyenne. Toutes ces considĂ©rations font que le CSA est opposĂ© Ă  cette prestation de prĂ©retraite.

pour le groupe de travail Sécurité sociale
Gérard Heimberg, président

Personnes de contact :
Heidi Deneys, co-présidente
Rue Monique Saint-Hélier 5 , 2300 La Chaux-de-Fonds , 032/ 968’50’54 ,
Klara Reber, co-présidente
Rudolfstrasse 23, 8400 Winterthur, 052/212’61’43,
Gérard Heimberg, président du GT Sécurité sociale
En Roveray , 1170 Aubonne , 021/807’36’36 ,